Interview de Robert “Corpsy” Rhine, Deaditor-In-Chief de Girls and Corpses Magazine (Bikinis, humour et faux cadavres)

Girls and Corpses est un ovni de la presse tant américaine qu’internationale. Dans les années 2000, ma génération (ou du moins moi) a grandi en regardant les contes de la crypte sur de vieilles VHS, mais aussi les girls de playboy, une téléréalité à propos de la vie des petites copines de feu Hugh Heffner…bref c’était un mélange des genre dans mes goûts qui étaient éclectiques.

Et puis, à force de parcourir le web, je découvre Girls and Corpses, un magazine qui propose des articles mais aussi des photos de femmes en bikini et de corps en décomposition. Je garde cette création dans le coin de ma tête jusqu’à récemment où je me suis dit “et si je tentais une interview de son créateur?”.
Persuadée que je n’aurai jamais de réponse, il m’aura fallu attendre deux petits jours pour que Robert dit Corpsy (Robert “Corpsy” Rhine) accepte de répondre à mes questions ! Je suis une personne curieuse et j’étais persuadée que Corpsy aurait des choses à me raconter et surtout que son magazine me fait rire et me rappelle l’humour le plus décalé des années 80/90 (je pense donc aux contes de la crypte mais aussi à Elvira ou encore au Horror Picture Show..) Je savais d’avance en proposant cette interview que plusieurs sujets pourraient heurter tant par le côté assumé de la publication par rapport aux modèles photos que par l’idée des corps même faux. Les réponses de Robert me confortent dans le fait qu’il a des choses à raconter et que Girls and Corpses, aussi étrange que cela soit vient d’un vécu particulier. En plus il interview des gens très cool du milieu du cinéma ou des arts toujours plus ou moins proche de l’horreur. Bref, j’ai trouvé ça cool.

Bonjour Corpsy, tout d’abord merci d’avoir accepté cette interview, je suis vraiment très contente. J’ai découvert votre travail pendant la première décennie des années 2000, j’étais déjà très intéressée par les histoires autour de la mort mais aussi par l’absurde et les téléréalités de chez Heffner…Quand j’ai découvert Girls and Corpses, j’ai trouvé ça drôle, amusant et décalé. Pouvez-vous m’expliquer comment est né ce concept ?

Je crois que l’on peut dire que j’ai commencé le concept de Girls and Corpses à l’âge de dix ans quand je suis presque mort d’une fracture crânienne massive. Mon cerveau est en partie sorti de mon crâne. Ma ligne de rythme cardiaque était presque à plat et ils ont fini par me redonner vie à l’hôpital. Mes parents pensaient que j’allais mourir. J’ai eu 64 points de suture et un élément en plastique pendant un an au niveau de ma tête. J’ai ainsi loupé toute l’année de mon 5th grade scolaire (année d’école primaire). Quand je suis revenu de l’hôpital, je suis devenu temporairement aveugle de l’œil gauche et j’ai du retourner à l’hôpital pour une nouvelle batterie de tests, autant sur le cerveau qu’en ponctions lombaires. C’était une période effrayante. C’était en 1968 quand les médecins fumaient dans les hôpitaux et que les choses étaient encore primitives. Et j’ai survécu (enfin je crois. A moins que je sois dans mon lit d’hôpital dans le coma et que ma vie soit un rêve). Un aspect intéressant de cette histoire, c’est qu’ils m’ont enlevé que 63 points sur 64. Je n’ai jamais su ce qu’il était advenu de ce dernier point/agrafe mais quarante-cinq ans plus tard, je sens quelque chose sur mon crâne comme quelque chose de tranchant. Un mois plus tard, l’agrafe est tombée. De toutes façons, j’ai toujours eu une fascination pour la mort depuis que je l’ai expérimentée moi-même en tant que petit garçon. Mon autre passion c’était les comic books et plus spécialement MAD Magazine et National Lampoon. J’ai fini comme écrivain pour Cracked Magazine, National Lampoon, Heavy Metal et Hustler Funnies. J’ai toujours écrit depuis mon expérience de mort imminente et cela m’a conduit à écrire mon premier livre My Brain Escapes me (Sun Dog Press) avec une radio de mon crâne et de la fracture.

Durant ma vingtaine, j’ai eu ma propre série de comic books : Selected Reading From Satan’s Powder Room ce qui m’a conduit à Chicken Soup For Satan et Satan Gone Wild. Ensuite, j’ai écrit un roman graphique de 280 pages avec 43 histoires illustrées chez le top du comic book et des artistes de romans graphiques (Asylum Press). A ce moment là, j’avais l’habitude d’exposer à la Comic-Con de San Diego tous les ans où je souhaitais vendre mes comic books sur un stand. Je voulais attirer d’avantage l’attention sur mon stand et j’ai entendu parler d’un gars qui faisait des plastinations sur cadavres et je me suis arrangé pour avoir un vrai cadavre sur mon stand tous les ans. J’ai donc fait la blague. Les gens étaient fascinés par ce corps mort sur mon stand et ils se prenaient en photo avec. Et c’est là que j’ai capté quelque chose d’intéressant : Les femmes étaient les plus intéressées pour prendre des photos avec le cadavre et je disais “What’s up with Girls and Corpses?” (Quoi de neuf les filles et les cadavres?) et là, il y a eu un éclair dans mon esprit et je me suis dit que ça serait fou que cela devienne un magazine. Cela pouvait combiner mon amour pour l’horreur et la comédie en adéquation avec ma fascination pour la Mort. Et c’est là que Girls and Corpses est né en 2002.

Je pense que mettre des femmes et des cadavres ensemble peut déranger pas mal de monde (Eros & Thanatos), avez-vous beaucoup de gens qui sont dégoutés et qui ne comprennent pas l’humour du magazine ?

J’ai toujours dit que les gens intelligents comprennent le magazine. Mais certaines personnes ne prennent pas la peine de regarder à l’intérieur. C’est juste une parodie sombre et amusante. Mais Girls and Corpses est aussi un concept plus profond. C’est un moyen pour les gens de voir et de traiter le sujet de la mort qui est couvert par l’humour et de façon non rebutante. Je veux dire, tu peux mettre des belles femmes à côté de n’importe quoi pour le vendre n’est-ce pas ? Et cela marche en effet, Girls and Corpses est passé d’un webzine à un magazine papier diffusé aux États-Unis et de façon mondiale par la suite.

 Ici en France, il y a un grand tabou autour de la mort et parfois selon les mois je reçois pas mal d’allusions sur ma nécrophilie supposée. Est-ce que vous avez des personnes qui pensent sérieusement que Girls and Corpses est nécrophile ?

Le tabou autour de la mort est un phénomène mondial. La mort est une peu primale pour tout le monde et la majorité des gens essaie d’éviter le sujet comme la peste…la peste noire. Mais cela n’a pas de sens pour moi. Nous passons énormément de temps à parler de la naissance avec un nombre incalculable de magazines, de livres et des baby showers. Je me demande pourquoi on n’a pas des Death showers ? Hmmm. La mort est un moment important de notre passage sur terre. Je pense que cette nouvelle génération est plus intéressée que jamais par le sujet de la mort. Notre magazine peut semble nécrophile mais c’est une comédie et j’ai déjà reçu des lettres extraordinaires de personnes nécrophiles. Une fois, j’ai reçu la lettre d’une femme dont le père était embaumeur. Quand il est mort chez lui qui était aussi l’endroit de la chambre funéraire où il travaillait, elle a injecté son pénis avec une solution pour le rendre dur et a eu un rapport sexuel avec le corps de son père. Assez fou comme truc. J’ai participé à la rédaction d’un ouvrage universitaire avec des chercheurs appelé “Understanding Necrophilia” Franchement, il n’y a pas tant de nécrophiles dans le monde. La chose complexe avec la nécrophilie, c’est de pouvoir accéder aux corps et c’est en ça que la majorité des actes nécrophiles se passent dans les maisons funéraires, les morgues et les pompes funèbres. Et, non, je ne suis pas nécrophile comme on m’a déjà demandé. J’ai toujours préféré la chair fraiche que celle qui est froide et ridée.

Il y a vraiment beaucoup de bonnes idées pour chaque thème dans le magazine et j’ai explosé de rire avec le numéro égyptien avec la Reine Necrophiti (j’ai fait de l’archéologie, ça me parle). Est-ce que toutes ces idées viennent de votre cerveau ou travaillez vous avec une équipe ?

J’ai une équipe formidable d’écrivains, d’artistes et de photographes avec qui je travaille depuis vingt ans. Mais j’écris beaucoup moi même et je propose les concepts de couvertures et les sujets des shootings photo. Peut-être que mon cerveau a été bousculé quand j’avais 10 ans et j’ai beaucoup de concepts très sombres qui me viennent naturellement en tête. Les concepts les plus fous sont Golf Corpse (Corpse = cadavre), Corpse Camping, Santa Corpse, Schoolgirls and Corpses, Stoner boner, Valentines Dead, Pandémie de printemps (édit Juliette : c’est d’actualité), The real Houseflies of Cemetery Hills (référence aux Real Housewives),
The Deading Night, Fallout Shelter 3-Way, Nuclear Summer, America The Grave, Gilligan’s Cannibal Island, Happy Fester (Easter), Happy Carcass Day (Thanksgiving), BBQ Corpse (4th of July), Corpsebowl (football), Corse Pilates, The Karate Corpse, Religion Is Dead, Alien Autopsy, Bay Rots, etc. Take a look at all our back issues covers herehttp://www.girlsandcorpses.com/backissues.html

Question difficile : Vous préférez les filles en bikini ou vos supers faux cadavres fabriqués pour chaque shooting photo ?

Oh c’est une question facile en fait ! Les filles. Plutôt sans bikini. Mais nous n’avons pas de nudité dans Girls and Corpses. Désolé. On me demande parfois pourquoi et je pense que la nudité c’est trop facile. Le sexe c’est une façon pauvre et facile pour vendre et c’est plus dur de garder l’attention du public sans. Je dois dire que j’ai le meilleur job du monde en étant entouré par de magnifiques femmes…et de superbes cadavres. D’ailleurs, si nous avions des cadavres avec des femmes nues, nous n’aurions jamais eu les droits de distribution et je ferai arrêter dans certains états des US.

Vous avez réussi à faire un mélange fun entre la vie et la mort dans votre magazine. Est-ce que vous pensez que le rire peut permettre d’avoir moins peur de la mort ?

Le rire c’est le meilleur médicament. L’humour permet aux gens de faire face à des choses inconfortables. J’ai écrit un livre il y a quelques années appelé Last Laughs : Gallows Humor qui est rempli d’humour noir à propos de la mort. On peut trouver Last Laughs dans mes Satan Comic Bools, dans Girls and Corpses et sur la boutique :
here: http://www.girlsandcorpses.com/store/index.html

Quels sont vos futurs projets si ces derniers ne sont pas secrets ?

Girls and Corpses présente des films maintenant ! Notre tout premier est CYNTHIA (2018) avec les stars de The Devil’s Rejects – Rob Zombie 2005 Sid Haig (RIP) et Bill Moseley. Le film est disponible en streaming partout : iTunes, Amazon à la demande, Spectrum, Direct TV, Vudu, Google Play, Verizon, Optimum, Flix Fling, Redbox etc… Notre nouveau film va sortir en Mai, Exorcism at 60.000 (Exorcisme à 60.000 pieds) ! Et on termine Escape From Area 51 (Evasion de la zone 51)…Restez connectés !

Pour finir, pouvez-vous nous recommander des lectures ou autres (pas forcément sexuelles svp haha) ?

Je dirai que le seul qu’il faut lire c’est…Girls and Corpses Magazine haha ! http://www.girlsandcorpses.com/

Merci Corpsy d’avoir si gentiment accepté de répondre à mes questions, d’avoir pris le temps. Si un jour je viens par chez vous je serai ravie d’assister à un shooting de Girls and Corpses Magazine !

De rien, nous mourrons d’impatience de vous avoir avec nous 😉

Pour suivre Girls and Corpses :

Girls and Corpses Store: http://www.girlsandcorpses.com/store/index.html
Girls and Corpses site: http://www.girlsandcorpses.com/
Twitter: https://twitter.com/girlsNcorpses
Facebook: https://www.facebook.com/GirlsandCorpsesMagazine/

Youtube
Podcast
Utip
Patreon

1 commentaire

  1. I am really impressed along with your writing talents as smartly
    as with the structure in your blog. Is this a paid subject matter or did you modify it yourself?
    Anyway stay up the excellent quality writing, it is rare to
    look a great weblog like this one nowadays..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »
error: Ces données sont protégées.