Retour sur Hugo Pratt, lignes d’horizon – L’expo temporaire du musée des confluences.

Lorsque je ne lis pas ou ne mange pas mortuaire (comment ça c’est ignoble?) j’aime aller dans les musées ou à des conférences afin de découvrir de nouvelles choses et me remplir l’esprit ! J’attendais depuis un moment l’occasion d’aller voir l’exposition Hugo Pratt et l’exposition Yokainoshima et ce jour est arrivé il y a peu en profitant de la visite avec mon père pour une journée d’échanges et d’amusement puisque les musées sont aussi faits pour ça : Se créer de nouveaux souvenirs ! Direction le musée des Confluences à Lyon !

Firma_Hugo_Pratt.svg

Vous allez me dire que vous présenter ces deux expositions temporaires n’a rien à voir avec la mort. Détrompez-vous ! La mort est présente autant chez Hugo Pratt que dans l’univers japonais des Yokainoshima que nous verrons par la suite. Cette présentation d’exposition se fera en deux parties afin de ne pas mélanger les genres !

Hugo Pratt et son univers.

Le bizarreum corto maltese

Je suis une très grande adepte des ouvrages de Pratt. En général, ceux de ma génération qui se sont orientés vers l’Archéologie ont grandi avec des icônes comme Indiana Jones ou encore Lara Croft, mais pour ma part mon premier contact avec l’aventure, les voyages et l’archéologie s’est fait via deux héros : Corto Maltese et dans un autre style, Tintin. Je ne savais pas encore lire que je dévorais déjà les BD de la collection de mon père, et dans ma famille, on se souvient de ma manie à dessiner des bulles aux personnages qui ne parlaient pas en gribouillant les BD de collection de la bibliothèque. Oups j’avais 5 ans.

43756823_2293618030701846_4474488008325726208_n

Corto Maltese est un marin aventurier qui voyage aux quatre coins du monde (à l’image de son créateur qui a sillonné de nombreux pays) et qui reste mystérieux tout en ayant une répartie toujours amusante. Hugo Pratt a également dessiné d’autres personnages mais Corto reste le plus emblématique. Le musée s’est donc mis en tête de rassembler les œuvres de Pratt et des objets archéologiques en lien avec les cases d’ouvrages. On retrouve les Ethiopiques, les Celtiques mais aussi tous les personnages emblématiques de la BD et tous les univers. La muséographie était juste dingue, le musée qui je trouve s’améliore d’exposition en exposition a vraiment emmené les visiteurs dans l’ambiance et surtout m’a donné une envie folle de retourner en voyage. Le lien entre Corto Maltese et l’archéologie est très présent car on retrouve de nombreux éléments qui évoquent directement la discipline dans ses aspects les plus fantasmés : Têtes réduites, crâne de cristal, ruines… des éléments qu’on retrouve en vrai dans l’exposition !

Le Bizarreum pratt

43763435_916816165179705_7558379440019865600_n

L’exposition est une vraie invitation au voyage et aussi une occasion de découvrir des planches exceptionnelles qui raviront les fans mais aussi les curieux. C’est aussi un savant mélange entre éléments en vitrine qui apparaissent et disparaissent selon les moments, de jeux de lumières mais aussi de deux éléments massifs animés qui permettent une immersion totale. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié que le seul écran avec une diffusion soit à la fin et non pendant car je déplore souvent la trop grande présence d’écrans dans certains musées.

collage
Crâne Asmat en bas à gauche. Nouvelle Guinée

Corto Maltese assiste à des grands évènements historiques aux 4 coins du monde dans les albums, ce qui explique aussi la très grande multitude d’anecdotes et d’éléments visuels réalistes selon les pays abordés. Pour les Ethiopiques, c’est un portrait d’un abyssin qui m’a beaucoup perturbé car j’avais le sentiment de voir un homme Afar comme j’ai pu en croiser dans le Danakil. Pratt ayant vécu en Ethiopie, ce détail ne m’a donc pas échappé et j’ai pu retrouver des choses que j’ai pu voir quelques années en arrière transposées d’une certaine façon dans les BD. Le regard adulte change énormément de choses dans la perception de l’œuvre et j’ai beaucoup apprécié cela !

La mort et le réalisme 

Le bizarreum pratt

43829055_246192776030323_5924125322827005952_nLa mort est un personnage à part entière dans l’œuvre de Pratt avec sa tête de gentil squelette facétieux ! Pour autant, je me suis rendue compte que les crânes sont vraiment très présents dans l’univers de Pratt ! Une aubaine pour moi car je me suis régalée à chercher les crânes dans l’exposition. Ce qui est intéressant, c’est que Pratt s’est inspiré pour ses dessins, d’objets qui existent réellement.  Il a pris soin pour certains de faire une copie dessinée de ces éléments ou bien s’en est servi de base pour broder autour sans forcément coller à la réalité. C’est un travail qui a intrigué des historiens, retrouver les éléments des livres de Pratt et leur équivalent en musée. C’est ce qui confère un intérêt encore plus vif pour tous les passionnés d’histoire, d’anthropologie et d’ethnologie ! D’où le fait que l’œuvre s’inscrit comme un témoignage de l’histoire du XXe à mon sens, alors que la bande dessinée n’est pas toujours considérée à sa juste valeur, elle peut avoir un impact et être un témoignage  via ses représentations d’objets ou de paysages comme pour les dessins de Pratt. L’équipe du musée a donc mis beaucoup de cœur à l’ouvrage pour nous offrir ce voyage dans le temps et sur tous les continents grâce à l’équilibre entre objets et dessins.

Comme vous l’avez deviné, je vous recommande vraiment chaudement cette exposition qui pour moi actuellement une des meilleures que j’ai pu voir dans ce musée ! C’est à explorer jusqu’au 24 Mars 2019. Pour ma part c’est certain que je vais y retourner. L’exposition m’a ouvert à de nouvelles questions, quelle est la place des carnets de voyage dessinés dans l’histoire, pourquoi ne sont-ils pas plus intégrés dans la démarche de collections muséales et exposés? Sont-ils des témoins privilégiés de situations ou d’endroits à un moment donné ? Bref, de quoi nourrir une certaine réflexion !

A bientôt pour un article mortuaire et pour l’article sur l’exposition Yokainoshima toujours au musée des confluences !

Vous avez aimé cet article et vous souhaitez aider la chaîne ? En regardant une publicité sans rien débourser ou en faisant un don vous aidez et soutenez mes travaux !

43750758_267195910591382_5532947458218262528_n

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »
error: Ces données sont protégées.