Le cimetière d’Ambert dans le Puy-de-Dôme : Promenade taphophile #2

C’est une très jolie promenade taphophile faite au cimetière d’Ambert dans le Puy-de-Dôme alors que le ciel s’annonçait menaçant ! Ce cimetière est une perle d’architecture funéraire avec de très nombreuses sculptures et symboles tout droit venus du XIXe siècle ! Initialement, les morts étaient inhumés près de l’église Saint-Jean mais en lien avec la législation funéraire mais également pour des raisons d’hygiène, le cimetière est ouvert durant la première moitié du XIXe siècle. On y trouve plus de 2000 tombes de diverses périodes et un columbarium. J’avais envie de partager avec vous cette très jolie visite qui m’a vraiment enchanté !

Pour des raisons de respect et d’anonymat, les noms sur les tombes sont effacés volontairement.

Une météo orageuse qui n’a pas freiné la découverte de ce joli cimetière !

Les ornements sont très nombreux avec du travail directement sur les pierres tombales mais également autour pour les éléments en fonte. Et c’est tout un panel de symboles funéraires qui sont mis en avant dans ce cimetière. On trouve aussi des tombes et monuments en pierre de la région qui s’harmonisent très bien avec les tombes contemporaines.

Quelques sabliers funéraires

On retrouve pour la partie XIXe beaucoup de sabliers ailés, symboles du temps qui passe et bien sûr faisant office de rappel aux vivants pour leur éviter toute vanité. Les types d’ailes peuvent varier, des ailes d’oiseau, des ailes d’anges ou encore… de chauve-souris ! Le sablier peut être sculpté sur la pierre tombale directement ou être en ornement d’éléments en fonte ou annexes.

Version ailes de chauve-souris qui peut remplacer les ailes d’oiseau habituelles.
Sablier ailé accompagné de larves acrotères.

Les couronnes de fleurs

Mais d’autres symboles sont à retrouver comme de nombreuses couronnes de fleurs tant en pierre taillée qu’en céramique. L’immortelle est une fleur qui est très courante sur les couronnes funéraires du XIXe siècle et par la suite car elle constitue la fleur initialement utilisée pour concevoir des couronnes de vraies fleurs. Orner les tombes devient un objectif à partir du moment où le cimetière prend la configuration que nous lui connaissons suite aux réformes de la fin XVIIIe et début XIXe.

Les ornements en perles de rocaille

Dans un des monuments familiaux du cimetière, il est possible de s’intéresser derrière les ouvertures de la porte à de très belles compositions en perles de rocaille. Ce travail des perles de verre était réservé aux femmes au foyer ou encore à ces religieuses et dans certains cas à des prisonniers (source : Inventaire Patrimoine). La fabrication se fait en plusieurs étapes avec la création de la dite “carcasse” par les carcassières puis des monteuses vont créer le motif de fleurs et de feuilles. Les lettres sont pré fabriquées et sont assemblées ensemble comme pour une plaque funéraire contemporaine avec “à mon père” “à mon fils”. On peut alors entreposer ces couronnes dans le monument familial ou bien dans des supports conçus pour avec une fenêtre.

Probable boîte-vitrine à décoration en perles près d’une autre tombe du cimetière à titre d’exemple de support.

Les anges

Plusieurs anges sont à noter dans ce joli cimetière d’Ambert avec des anges monumentaux et bien-sûr des angelots avec comme croisés en début d’article.

La Mort

Plutôt rare dans les cimetières français a contrario des ornements outre Manche et outre Atlantique. Ici, cette pierre tombale monumentale s’est avérée être une vraie surprise ! La Mort sous forme squelettique recouverte de son Linceul surprend de par sa taille et ses détails. Je n’ai pas su voir de quelle époque elle date, mais je soupçonne quelque chose datant des années 20/30. A vérifier !

L’alliance

L’alliance est le motif des deux mains qui se serrent. Elles sont le symbole d’un amour éternel bien souvent (si on regarde, un des deux époux parfois jeunes ont été inhumés en premier). Néanmoins, il est aussi possible de trouver ce motif en symbole d’amitié et de fraternité. Parfois, les manches sont différentes l’une de l’autre et cela indique si le vêtement est féminin ou masculin. C’est un symbole très apprécié au XIXe siècle (et les mains en général, ça va sans dire !)

Ce cimetière a été une super découverte mais il faut tout de même bien plus d’une heure pour en faire le tour et tout observer ! Plusieurs célébrités locales y sont enterrées et des visites guidées du cimetière d’Ambert sont proposées par Le Groupe de recherches archéologiques et historiques du Livradois-Forez pour découvrir l’histoire du cimetière.

A très bientôt !

Juliette

1 commentaire

Les commentaires sont fermés.

Translate »
error: Ces données sont protégées.